entablement


entablement

entablement [ ɑ̃tabləmɑ̃ ] n. m.
XVIe; « plancher » XIIe; de en- et table
Saillie qui est au sommet des murs d'un bâtiment et qui supporte la charpente de la toiture.
Partie de certains édifices qui surmonte une colonnade et comprend l'architrave, la frise et la corniche. « Voici quatre écuyers de marbre, à genoux aux quatre coins de l'entablement d'un tombeau » (Chateaubriand).
Moulure ou saillie formant la corniche d'un meuble.

entablement nom masculin (de table) Partie de l'élévation d'un édifice d'ordonnance classique qui s'étend au-dessus des supports et qui superpose, en principe, architrave, frise et corniche. Dispositif semblable, ou couronnement d'une certaine importance, qui surmonte une porte, une devanture, un meuble, un objet. Partie supérieure d'un quai. Partie d'un marteau-pilon portant l'appareil de commande de la masse frappante et le dispositif d'accrochage de cette masse.

entablement
n. m.
d1./d ARCHI Partie supérieure d'un édifice au-dessus d'une colonnade, qui comprend l'architrave, la frise et la corniche.
|| Partie (en saillie ou non) du sommet des murs d'un édifice, sur laquelle repose la charpente de la toiture.
d2./d TECH Corniche ou saillie couronnant certains objets. Entablement d'un meuble.

⇒ENTABLEMENT, subst. masc.
A.— ARCHIT. Partie supérieure d'un bâtiment faisant saillie sur la façade et qui soutient la charpente de la toiture. Ce bâtiment sera bientôt achevé, on en est à l'entablement (Ac.) La gouttière à l'anglaise (...) est posée sur l'entablement (ROBINOT, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 4, 1928, p. 77) :
Ce mur (...) était droit, correct, (...) perpendiculaire, (...) tiré au cordeau, aligné au fil à plomb. (...) À sa hauteur on devinait sa profondeur. L'entablement était mathématiquement parallèle au soubassement.
HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 412.
Spéc. Partie supérieure (de certains édifices) qui surmonte une colonne ou un pilastre et qui comprend l'architrave, la frise et la corniche. Entablement architravé, rectangulaire; entablement d'une colonne, d'un pilier. Un entablement complet, chapiteaux, frise, corniche, etc., entièrement dans les proportions grecques (DELACROIX, Journal, 1850, p. 349). Un grand temple hypèthre carré, dont les quatorze colonnes sont reliées par un entablement appuyé sur de larges dés (DU CAMP, Nil, 1854, p. 179).
B.— [P. anal. avec la saillie que l'entablement fait sur un mur]
1. [Désigne un élément de l'archit. extérieure d'une maison]
a) Partie qui couronne une porte. Deux anges de marbre noir, à demi couchés sur l'entablement du portail (LAMART., Nouv. Confid., 1851, p. 154). L'entablement [de la porte d'entrée] est (...) surmonté d'un cartouche qui renfermait jadis les armoiries du seigneur du logis (THEURIET, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 4).
b) Entablement d'une fenêtre. Appui d'une fenêtre. M. le vicomte Andrea ouvrit sa croisée et s'accouda sur l'entablement (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 354). Ils s'assirent (...) sur l'entablement des fenêtres (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 83).
2. [Désigne une décoration intérieure] Moulure, corniche qui surmonte et décore une porte, une fenêtre, un meuble. Sur le grand palier du premier étage. Trois hautes portes à doubles battants et à haut entablement (...) s'y regardaient (LAMART., Nouv. Confid., 1851 p. 25). Les vases raccrochés aux murs ou perchés sur les entablements des meubles (GONCOURT, Journal, 1875, p. 1086).
3. Rare. [En parlant du relief] Surface plate faisant saillie et surplombant un escarpement. La montagne semblait s'être déchirée (...). Sa retombée avait formé des saillies surplombantes, des entablements cahotiques (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 199). Un petit entablement de schiste (...) domine les vallées (GIONO, Voy. Ital., 1953, p. 212).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1160 archit. (Enéas, 7652 ds T.-L.). Dér. du rad. de entabler; suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér. :75. Bbg. Archit. 1972, pp. 122-123; p. 208. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 131.

entablement [ɑ̃tabləmɑ̃] n. m.
ÉTYM. XVIe; « plancher », v. 1130; var. entaulement, XIIIe; de en-, table, et suff. -ement.
1 Saillie qui est au sommet des murs d'un bâtiment et qui supporte la charpente de la toiture.Partie de certains édifices qui surmonte une colonnade et comprend l'architrave, la frise et la corniche. || L'entablement d'un portique. || Figure humaine qui soutient un entablement. Cariatide. || Entablement soutenu par un faux attique. || Frise d'entablement décorée d'animaux. Zoophore.
1 (…) voici quatre écuyers de marbre (…) à genoux aux quatre coins de l'entablement d'un tombeau.
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, II, VIII.
2 On apercevait un toit démesuré, des pignons à volutes, des mansardes à visières comme des casques, des cheminées pareilles à des tours, et des entablements couverts de dieux et de déesses immobiles.
Hugo, l'Homme qui rit, II, V, III.
3 (…) beaucoup de colonnes engagées, de frontons, d'entablements aux saillies monumentales (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVI, p. 252.
2 Partie saillante.Entablement d'une porte, d'un portail, couronnement.
Entablement d'une fenêtre. Appui.
(1870). Moulure ou saillie formant la corniche d'un meuble. || Entablement d'un buffet.
3 Saillie naturelle surplombant un escarpement. || Les alpinistes se reposaient sur un entablement rocheux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • entablement — ENTABLEMENT. s. m. La saillie qui est au haut des murs d un bàtiment, et qui en soutient la couverture. Ce bâtiment sera bientôt achevé, on en est à l entablement. [b]f♛/b] On appelle aussi Entablement, en Architecture, l architrave, la frise et… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Entablement — En*tab le*ment, n. [F. entablement, LL. intabulamentum.] See {Entablature}. [R.] Evelyn. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • entablement — Entablement. s. m. La saillie qui est au haut des murs d un bastiment, & qui en soustient la couverture. Ce bastiment sera bien tost achevé; on en est à l entablement …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Entablement — (fr., spr. Angtablmang), Hauptgesims …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Entablement — (franz., spr. angtabl māng), Gesims (eines Daches), Gebälk (über einer Säulenordnung) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Entablement — kaldes den bygningsdel, som udgør kransningen over søjlerne; dens enkelte led er arkitraven, frisen og gesimsen …   Danske encyklopædi

  • entablement — Entablement, m. acut. Nom composé de ceste preposition En, et Tablement, et selon l energie de sa composition, signifie une assiete de plusieurs ais assis joignants l un l autre sur quelque chose. Selon ce un eschafaut, un plancher, pourroyent… …   Thresor de la langue françoyse

  • entablement — [en tā′bəl mənt] n. [Fr < OFr < entabler: see EN 1, TABLE, & MENT] 1. obs. var. of ENTABLATURE 2. the platform or series of platforms directly beneath a statue and on top of the dado and the base …   English World dictionary

  • entablement — (an ta ble man) s. m. Terme d architecture. La saillie qui est au haut des murailles d un bâtiment, et le lieu où pose la charpente de la couverture. Ce bâtiment sera bientôt achevé, on en est à l entablement.    Partie de l édifice au dessus de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ENTABLEMENT — s. m. T. d Archit. Le dernier rang de pierres qui est au haut d un bâtiment, et sur lequel pose la charpente ou la couverture. Ce bâtiment sera bientôt achevé, on en est à l entablement.   Il se dit plus spécialement de Cette partie de certains… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.